Le musée

L'exposition se déroule dans la magnifique Maison du Chemin de la Liberté située à l'emplacement de l'ancienne gare SNCF de Saint-Girons, à l'entrée Nord de la ville, dans un espace aéré et doté d'un très large parking.

La Maison du Chemin de la Liberté (entrée avenue Aristide Bergès)L'exposition traite exclusivement de tous les événements se rapportant au passage des Pyrénées (en particulier dans le Couserans) lors de la seconde guerre mondiale par tous ceux qui voulaient soit rejoindre les forces alliées et continuer la lutte armée, soit s'échapper à tout prix des griffes des nazis...

Au rez-de-chaussée, dans une salle aussi vaste que lumineuse, cernée d'imposantes baies vitrées, sont disposés dans un sens préétabli par l'exigence de la chronologie, les différents panneaux qui la composent.

S'élevant en colimaçon au dessus de cet espace, un superbe escalier en bois mène à une très agréable mezzanine, siège privilégié du service informatique et des archives autant que salle de travaux et de réunion...

Sur les différents panneaux qui habillent généreusement le rez-de-chaussée, fruit d'un impressionnant travail de mémoire, aussi assidu que méthodique, guidé par une honnêteté et une objectivité intellectuelles rigoureuses, sont répertoriés tous les textes, documents, cartes, témoignages, photos, lettres, ou récits inhérents à la spécificité de chacun d'eux et s'insérant dans les contours d'un label d'authenticité se voulant résolument irréprochable.

Les panneaux du musée
Le visiteur y voyage dans un cheminement plein d'enseignement et d'émotions :

- De l'occupation allemande en Ariège (qui se fit nettement plus répressive à partir de novembre 1942) jusqu'aux sinistres camps d'internement en Espagne, après avoir pris connaissance de la déportation des juifs en Ariège...

- Les passeurs et les passés avec les sous-chapitres suivants : les évadés de France, les différents réseaux, les itinéraires, les hébergements et les passages, tragiques ou parfois heureux (cf Jeanne Rogalle).

- Les pilotes alliés abattus sur notre territoire, les enfants de troupe, les lieux de mémoire, les martyrs...

Hall d'entrée du musée
Enfin, sur un dernier panneau intitulé "L'autre évasion", il est rendu hommage aux 12 prisonniers évadés de Saint-Girons qui ont emprunté à peu prés à la même époque un autre chemin de la Liberté semé lui aussi de mille embûches, celui de l'évasion de l'Allemagne vers la France. Seule une infime minorité de prisonniers réussit cette audacieuse tentative aussi aléatoire que périlleuse pour fuir les geôles nazies : chacun des 12 Saint-Gironnais y relate le récit émouvant de son propre parcours.

Vue de la grande pièce depuis la mezzanine
Le thème principal sur lequel se sont articulés tous ces panneaux étant trop vaste pour être traité entièrement par une exposition, si parfaite soit-elle, ce site internet qui lui est consacré s'avère donc complémentaire autant qu'indispensable à une connaissance plus approfondie des évènements liés à cette tragique période. Il est un outil remarquable à la disposition de chacun, fixant objectivement dans les mémoires les faits marquants indissociables de ces années douloureuses, en refusant définitivement l'inexorable Oubli, ce pire ennemi de l'Histoire, ferment privilégié d'une indifférence coupable...

Maison du Chemin de la Liberté :
Avenue Aristide Bergès
09200 Saint-Girons
Tél : 05 61 66 35 68
Ouverture au public tous les jours du lundi au vendredi de 09h30 à 12h00 et de 13h30 à 17h30.